L'orgue Rinckenbach, église de Saint-Germain-le-Châtelet

“ Seul Rinckenbach dans le Territoire de Belfort  ”

L’instrument est composé d’un clavier unique de 54 notes, dont les touches sont recouvertes d’ivoire d’origine, et d’un pédalier de 18 notes en tirasse permanente. Le buffet est en bois de sapin teinté. Il est disposé en tribune et la console est en fenêtre, les tirants étant de part et d’autre du clavier avec face en porcelaine.

Historique

Construit en 1883

Eglise Saint-Germain de Saint-Germain le Châtelet

L'orgue de Saint-Germain-le-Châtelet a été construit en 1866-1867 par l'entreprise Rinkenbach, plus exactement par les fils de Valentin Rinkenbach, Valentin fils et Charles.
Les deux frères ont oeuvré dans la lignée de leur père en apportant toutefois une évolution relative dans le concept de travail. Ils sont morts très rapidement et, dans leur courte carrière, n'ont pu construire qu'une demi-douzaine d'orgues dont il ne reste que deux instruments en bon état de conservation : Sundhoffen et Tagsdorf.

Les travaux de restauration de l'orgue de Saint-Germain-le-Châtelet ont été commencés en fin 2009 pour se terminer en avril 2011. Ils ont consisté dans la restauration scrupuleuse des éléments existants. Seule la tierce du cornet absente a été construite en copie stricte. L'instrument se présentait dans un état de conservation originelle tout à fait exceptionnel. Les tuyaux avaient certes subi quelques interventions plus ou moins hasardeuses, mais n'avaient pas été revus dans leur harmonie, ni dans le diapason. Il en allait de même pour la partie technique.

L'orgue de Saint-Germain-le-Châtelet est un témoin essentiel de cette facture alsacienne de la deuxième moitié du XIXème siècle. Nous avons donc abordé la restauration dans le souci de préservation de tous ces éléments. Une restauration trop importante ou inappropriée  pouvant entraîner des dégâts irréversibles dans la préservation du patrimoine, il nous a semblé préférable de laisser certaines pièces sans intervention autre qu'un nettoyage rapide si leur pérennité et leur bon fonctionnement n'entraient pas en jeu. Seuls les sommiers ont été restaurés en profondeur. Nous n'avons toutefois pas encollé les gravures avec de la colle chaude comme nous le faisons d'habitude au vu du bon état de préservation, l'apport important d'eau chaude et de colle pouvant engendrer des tensions supplémentaires dans le bois. Il est très rare, voire unique, de trouver un sommier de cet âge dans un tel état de conservation. Nous avons donc encollé le fond des gravures avec de la peau collée à la colle chaude afin de fermer les petites fentes liées au travail du bois. Les peaux ont évidemment été remplacées .

Pour la tuyauterie en bois, un traitement en profondeur a été effectué. Seul un tuyau a dû être construit neuf en copie stricte .

Plusieurs tuyaux en métal (une cinquantaine environ) présentaient des traces d'oxydation sur les pieds. Il était surprenant de voir que ces traces ne se situaient pas au niveau de contact avec la chape ou avec le faux-sommier, mais entre les deux. L'oxydation a dû être occasionnée par l'intérieur. Les parties trop abîmées ont été remplacées, les autres ont été nettoyées et traitées. Nous avons trouvé des traces d'oxydation au niveau de la lumière de tous les tuyaux. Ce phénomène a engendré une transformation de l'harmonie en diminuant le passage de l'air. Après un travail très minutieux de Marianne Bucher, ces tuyaux ont pu retrouver leur caractéristique physique d'origine.

Le résultat sonore et technique est très attachant et suscite déjà un grand intérêt auprès des musiciens.

Le diapason est de 438,1 Hz à 15,6 degrés. Le tempérament est de Billeter. La pression du vent est de 87 mm.

Le travail de montage s'est fait sur place dans de très bonnes conditions avec le soutien des responsables communaux et paroissiaux. 

Note de Jean-Christian Guerrier

L'orgue restauré a été inauguré le 28 mai 2011 par Jean-Charles Ablitzer et le chœur d’enfants "Forbelle Jeunevoix".

A gauche

Montre 4'
Cornet (dessus de cinq rangs)
Voix céleste 8'
Flûte 4'
Basson 8' (basse)

A droite

Doublette 2'
Salicional 8'
Bourdon 8'
Nazard 2' 2/3
Hautbois 8' (dessus)
Contact

Jean-Jacques Darriet

tél. 03 84 23 01 95

jj.darriet@laposte.net